Comment Sandro a gâché sa vie

logo police
Police cantonale bernoise
  • de
  • fr

Comment Sandro a gâché sa vie

En 2013, Sandro a gâché sa vie et failli mettre fin à celle d’une autre. Voici son histoire.

Sandro existe. Pour des raisons de protection de la personnalité, nous avons modifié son nom ainsi que les éléments permettant de l’identifier. Toutefois, son histoire est aussi réelle que les conséquences qu’il doit supporter. Elle montre que les actes de violence surviennent souvent en une fraction de seconde suite à une action irréfléchie.

L’histoire de Sandro

C’est en 2013 que la vie de Sandro a basculé et qu’il a failli mettre fin à celle d’une autre. A l’époque, il avait 21 ans et était plein de vie. Son apprentissage d’employé de commerce en poche, il a commencé à travailler au guichet d’une banque régionale.

Un soir, Sandro et ses amis se retrouvent à la gare de Berne et boivent du whisky. L’atmosphère est détendue. L’alcool coule à flots et plus tard dans le bar aussi. Sandro et un copain sortent dans la rue pour se soulager.

Des passants s’approchent et tout se passe très vite: une bousculade, une remarque et la bagarre commence. Sandro sort une bouteille de whisky presque vide de son sac et l’éclate sur la tête de son adversaire. Résultat: une fracture crânienne.

Juste instant mais des conséquences graves

Les rumeurs sur l’incident et la dénonciation circulent. Sandro se fait même aborder par des clients de la banque. Il se renferme et ne sort plus de peur d’être reconnu. Il doit attendre un an avant sa procédure judiciaire.

Dans l’intervalle, il a tout de même réussi sa maturité professionnelle mais n’a jamais poursuivi ses études. Condamné à cinq ans de détention, il a passé trois ans en prison. A cela s’ajoutent des frais de justice, des indemnités pour tort moral, des frais d’hospitalisation… Sandro a dû tout payer, ce qui l'a conduit à l'endettement.

Aujourd’hui encore, Sandro subit les conséquences de son acte

Son adversaire s’en est relativement bien sorti: même si son état était critique, ses blessures ont bien guéri et il n’a gardé aucune séquelle.

Sandro en revanche devra supporter encore longtemps les conséquences de sa perte de contrôle. Le montant de ses dettes s’élève à 50 000 francs et ses antécédents judiciaires ne seront jamais rayés. Il a dû faire un trait sur ses rêves et projets de vie.

Réactions de l’entourage de Sandro

Partager
  • Recommandation Site web Comment Sandro a gâché sa vie
logo police
Police cantonale bernoise
Pour rester au courant
  • Mentions légales
  • Impressum
  • Contact
  • police.be.ch
© Police cantonale bernoise